Imprimer cet article

Placements

Investir dans les bois et forêts grâce aux parts de GFI

Acquérir des parts de GFI permet de diversifier son patrimoine et de bénéficier d’une réduction d’impôts

Publié le

Investir dans les bois et forêts constitue un bon moyen de diversifier son patrimoine tout en bénéficiant d’avantages fiscaux non négligeables. Ce type de placement peut être réalisé directement par l’investisseur ou par l’intermédiaire d’une société : le groupement forestier d’investissement (GFI). Une solution qui ressemble à s’y méprendre au fonctionnement des SCPI. Explications.

Vous avez dit GFI ?

Les GFI sont des sociétés civiles particulières qui ont pour objet de constituer, d’améliorer, de gérer et de conserver un ou plusieurs massifs forestiers. En échange d’un apport en capital, l’investisseur reçoit des parts sociales représentatives du patrimoine du GFI. La valeur d’une part, quelques dizaines d’euros, tient compte de deux facteurs : la qualité intrinsèque de l’actif forestier (climat, surface, nature du sol, âge, qualité des arbres…) et l’actif financier net du GFI (liquidités, trésorerie disponible).

Mais attention, compte tenu de la nature des actifs, il faut envisager ce placement sur le long terme (12 ans au minimum). En fonction des conditions de marché et de la valorisation des actifs, les GFI peuvent être en mesure de servir des revenus pendant la période de détention des parts. On estime à environ 2 % net de frais de gestion leur rendement annuel.

Des avantages fiscaux à la clé

Souscrire des parts de GFI présente l’intérêt de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18 % du prix d’acquisition des parts, retenu dans la limite annuelle de 5 700 € pour une personne seule et de 11 400 € pour un couple.

En outre, sous conditions, leurs valeurs sont exclues de l’assiette de l’impôt sur la fortune immobilière. Avantage supplémentaire, certaines parts de GFI sont exonérées de droits de mutation à titre gratuit à hauteur des ¾ de leur valeur, à condition qu’elles aient été détenues pendant au moins 2 ans avant la transmission par donation ou succession.

Cession des parts

L’investisseur a la possibilité de se départir de son engagement en vendant ses parts. Généralement, la société de gestion du GFI organise un marché secondaire qui permet la rencontre entre vendeurs et acquéreurs.

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2019