Les taux d’intérêts des prêts immobiliers continuent à crever les planchers. Actuellement, pour les bons dossiers, il est possible de décrocher un taux de 1,10 % sur 20 ans. Si vous avez souscrit un prêt il y a quelques années, il est donc peut-être temps de revoir votre banquier...

Renégocier ou faire racheter son prêt

Sans surprise, renégocier consiste à solliciter sa banque pour qu’elle réévalue à la baisse le taux d’intérêt appliqué au prêt immobilier. Mais attention, la banque n’est en aucun cas obligée d’accepter car réviser un taux d’intérêt signifie pour elle un manque à gagner. Le plus souvent, les banques concèdent un geste commercial pour conserver un client qui a du potentiel.

Si l’emprunteur fait face à un refus, une solution peut consister à faire racheter son prêt. Cela revient à souscrire auprès d’un nouvel établissement bancaire un prêt qui viendra rembourser le précédent. Cette opération permet ainsi de bénéficier d’un taux d’intérêt plus bas que celui pour lequel l’emprunteur a signé auparavant. Que ce soit dans le cadre d’une renégociation ou d’un rachat, de meilleures conditions d’emprunt se traduisent, soit par un allégement des mensualités, soit par une diminution de la durée de remboursement.

À quel moment faut-il agir ?

Avant d’entamer une démarche de renégociation d’un prêt immobilier, il est conseillé de vérifier que certaines conditions sont remplies pour que l’opération soit rentable (des frais de dossier et des pénalités de remboursement sont à prévoir). Tout d’abord, l’écart de taux entre l’ancien emprunt et le nouveau doit être d’au moins 1 point pour que l’opération présente un intérêt. Ensuite, la renégociation doit intervenir dans les premières années de remboursement. Années pendant lesquelles la majorité des intérêts est remboursée. Enfin, la part du capital restant à rembourser doit être au minimum de 50 000 €.

L’assurance-emprunteur

Changer d’assurance-emprunteur est l’autre levier permettant de réaliser plusieurs milliers d’euros d’économies sur un plan de financement. Attention toutefois, ce changement n’est possible qu’à condition que le nouveau contrat présente le même niveau de garanties que le contrat en cours.

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2019